yoga au féminin

Le périnée, et le ventre (notamment maternel) auquel il est associé, dont il est l'orée, tiennent une place centrale dans le corps (le périnée est notre centre de gravité lorsque nous sommes assis, il est le lieu où la dualité des jambes devient unité, il est, ainsi qu'on le disait jadis, "le fondement"). Et cette région (ventre-bassin-périnée), qu'en anglais l'on appelle justement "the core", notre "noyau", notre "centre", est également, dans nombre de traditions, le lieu dans l'homme où réside la force, l'énergie vitale, qu'il s'agit faire remonter vers les centres supérieurs.

Pourtant, et sûrement parce qu'il est aussi une zone intime, le périnée est aujourd'hui dans nos cultures modernes, un lieu ignoré, négligé, tabouisé, et que de ce fait, par manque de conscience et de connaissance à ce niveau, nous "maltraitons" (le mot n'est pas trop fort quand le Dr Bernadette de Gasquet dans son dernier livre parle elle de "massacre").

Et lorsque nous souhaitons rééduquer ces muscles du fond du bassin - après une grossesse, ou parce que les fonctions d'élimination n'obéissent plus bien, ou encore parce que les viscères descendent -, c'est comme si le périnée était séparé de l'ensemble ! C'est comme s'il fallait, comme s'il suffisait, de le refermer ou de le "body-builder" sans tenir compte de toute une globalité... Or comme je vous le dis très souvent : "le périnée n'est pas une île"... 
Il n'y a rien qui soit un problème local dans le corps...

Le yoga, qui par essence est méthode d'unification, va permettre de réintégrer le périnée au schéma corporel (notamment aux abdominaux), de le ré-associer à la respiration, de lui rendre sa dimension sacrée (étymologiquement, le périnée est "porte du temple", ce qui entoure, en grec "peri", le "naos", le lieu saint...).

"Il est certain qu'avec une pratique qui serait un petit peu plus précise au niveau du périnée, un peu plus conscientisée à ce niveau-là, le yoga serait certainement 
l'une des disciplines les plus complètes pour travailler globalement le périnée",
Dr Bernadette de Gasquet,
interview pour Infos-Yoga n°87.



>>> En pratique :
Le thème du périnée est désormais abordé dans le cadre des ateliers "yoga au féminin : périnée-santé" (2 ou 3 sessions par an).

Sachez cependant que tous mes cours de yoga postural sont protégés pour le périnée et vous feront sans vous en rendre compte travailler votre centre-racine (mūlādhāra cakra)
Nous utilisons pour cela tous les outils yoguiques à notre disposition : sons, visualisations, respirations, contractions dîtes "bandha" en sanskrit, et bien-sûr postures. Car - tout étant lié -, nous comprenons bien que, ré-apprenant à nous placer sur l'axe vertical, nous redonnons au périnée un bon tonus de base, qu'adoptant des postures ou inversées ou sur la ligne de gravité (et l'un n'empêche surtout pas l'autre...), nous le soulageons des effets de la pesanteur, que travaillant dans une alternance de postures qui vont le mobiliser en contraction et en détente, nous lui redonnons toute son élasticité, toute sa vitalité.
Le corps redevient un lieu de confiance et de conscience...