sūrya mudrā, le geste solaire

Lors de notre stage "yoga de printemps", je vous ai proposé sūrya mudrā, le geste solaire... Une position de doigts (le pouce recouvre l'annulaire) qui contribue à faire diminuer l'élément Terre (pṛthvī) - encore très présent en ce début de saison - au profit de l'élément feu (agni). De fait on l'appelle aussi agni mudrā (le geste du feu) ou pṛthvī śāmaka mudrā (le geste qui pacifie, qui éteint la terre). Nous la pratiquons l'hiver, et, au début du printemps, cette mudrā, nous permet de reproduire à l'intérieur ce qui se passe à l'extérieur, dans la nature, à savoir cette montée progressive du chaud, du feu qui vient nettoyer toutes les lourdeurs et léthargies de l'hiver... Ce faisant, l'on assiste - voire même accélère - le processus naturel de purification cellulaire en cours par l'augmentation de l'élément solaire en soi (car comme je vous l'ai dit, il n'y a pas de détoxination possible sans un agni fort)...


Le pouce, le doigt du feu recouvre l'annulaire, celui relié à la terre. 

Autres bienfaits de sūrya mudrā :

- améliore la digestion (l'in-digestion...), régule l'appétit
- fait diminuer le taux de cholestérol et aide à la perte de poids
- augmente le métabolisme, la thyroïde notamment est activée
- améliore certains problèmes de vue, toute fatigue ou faiblesse oculaire, la cataracte 
(en āyurveda les yeux sont "feu"...)

Sūrya mudrā est une mudrā particulièrement réchauffante (Sūrya = le soleil), dont bénéficieront les personnes frileuses voire intolérantes au froid, ayant une température corporelle anormalement basse ou qui ne transpirent jamais. Idéale également en cas de rhume (et il y en a encore en cette saison, début de printemps, toujours une saison kapha pour l'āyurveda...). En revanche, les personnes de constitution pitta veilleront à ne pas surchauffer leur organisme en pratiquant trop longtemps ou préféreront apāna mudrā... Pour les autres doṣas, froids, 30 à 45 minutes de pratique quotidienne donnent de bons résultats...

Commentaires