la meilleure façon de s'asseoir... n'est pas toujours la même !

Il y a quelques mois, je me / vous demandais "sommes-nous trop assis ?"... constatant que dans nos sociétés modernes occidentales où le travail "tertiaire" tient un si grand rôle, nous étions assis - presque - tout le temps, et surtout que nous étions "mal assis"..., ce qui se traduisait par divers maux, plus ou moins importants, parfois gravissimes... "Être assis tue !" accuse la presse... Pourtant... :

En Inde aussi on est assis, et parfois peut-être plus : on est assis pour éplucher les légumes, pour manger, apprendre, discuter dans la rue ou passer du temps au temple. Mais on est assis par terre, comme nous faisions d'ailleurs aussi chez nous il y a longtemps : la position "en tailleur" ne s'appelle pas "tailleur" pour rien... Sauf qu'à un moment donné en Occident (quand exactement, je ne sais pas...), on a décidé qu'entre la position debout et le sol, on allait s'asseoir "à mi-chemin" ! Et on a inventé la chaise... et on n'en a plus bougé !

surprise par ma fille assise au bureau...
un bureau trèèèèès bas, à l'indienne ou à la japonaise...
qui ne fermera pas les hanches... ni ne raccourcira le psoas...

Le problème ce n'est pas l'assise, le problème c'est la chaise... ou plus exactement le fait d'être assis tout le temps (c'est-à-dire la sédentarité, du latin sedere, justement "être assis"), et tout le temps dans la même position : les tibias à 90° des cuisses et les cuisses à 90° du buste (enfin... dans le meilleur des cas, quand on n'est pas avachi dans le bas du dos, mais bref...). Même pour dormir, nous reproduisons souvent cette position "en chien de fusil"... nous y passons nos jours et nos nuits, et ce depuis la plus tendre enfance (pensez chaises hautes, pensez poussettes quand dans les sociétés traditionnelles on est porté, bercé dans le dos ou sur la hanche d'une maman qui vaque à ses occupations et s'active, mais re-bref...).

Or cette position assise, toujours la même, va, à force, scléroser nos articulations (le stage sur la souplesse des hanches est en décembre...), raccourcir certains de nos muscles (le psoas et les ischio-jambiers notamment...) ainsi que la durée même de notre espérance de vie !!! Assis un demi-mètre plus haut que le sol, nous nous privons de plus d'un contact direct avec la terre, tellement précieux, en Inde on met les Dieux au ras du sol, mais je digresse...

Je voulais simplement aujourd'hui vous donner quelques exemples d'assises yoguiques qui sont soit des postures à part entière (āsana = assise...), soit des ébauches de postures, et qui vous permettront de "varier les assises"... 
Car comme en diététique la variété est la clé... il faut varier ce que l'on donne à manger à son corps, que ce soit en aliments (vous ne mangez pas tous les jours la même chose)... ou en positionnements (la chaise, avec modération...)


Alors il en manque bien-sûr, ce folioscope n'est pas exhaustif... : je n'ai pas intégré vajrāsana, la posture à genoux, vīrāsana, à genoux le bassin entre les pieds, Bharadvajāsana, l'assise en "sirène", siddhāsana, talons au périnée, etc... ni toutes ces postures que vous "inventerez" et qui au fil du temps viendront étoffer votre propre répertoire corporel. Et plus il sera large, plus vos articulations seront mobiles, plus vous serez en bonne santé... et pour longtemps. Vous pourrez même vous asseoir de certaines de ces manières sur votre chaise, je n'ai rien contre évidemment, mais ce qu'il faut à tout prix éviter, c'est 1/ la mauvaise assise, sur le sacrum, voire le bas du dos... et 2/ la mono-diète posturale !
Mais il y a de quoi faire je crois...

Commentaires