au tapis, et dans la vie #5 : cakrāsana, c'est... "se reposer sur une borne kilométrique" (car c'est encore loin, le Québec à la rame) !

Le yoga vient naturellement aux enfants...
Qui savent d'instinct, trouver ce qui fait du bien, ce qui est bon pour leur corps...



Cakrāsana (la posture de la roue), aussi appelée ūrdhva dhanurāsana (l'arc vers le haut) est une extension arrière très agréable, qui étire le dos, fait "respirer" les disques, mais aussi toute la face avant du corps, ouvrant dans toute son amplitude l'espace du coeur... Ainsi, cakrāsana corrige nos habituelles postures "en fermeture" : fermeture des épaules qui sont ramenées en avant, haut du dos voûté (quand on travaille au bureau, à l'ordinateur, quand on conduit, quand on rame...), et fermeture des aines quand on est très assis, ce qui, vous le savez maintenant raccourcit considérablement le muscle psoasLes organes internes ("portés" par le psoas) bénéficient donc de cette pose, notamment les reins (psoa = l'origine des reins) et les glandes surrénales toujours très sollicitées en cas de stress... 

Dans sa version salamnba, avec support, c'est aussi une posture qui plaît beaucoup à "mes" femmes enceintes :



Elle ne demande alors aucun effort dans les bras ni aucun poids sur les poignets, et l'on est sûr alors, en épousant la courbe du ballon (ou de la borne), d'aller chercher la plus grande extension possible de la colonne vertébrale, sans que les apophyses épineuses ne viennent se toucher (et donc à la longue s'inflammer). Ce qui est loin d'être un détail...

Alors rame, marin d'eau d'Oust, et tu compenseras dans salamba cakrāsana... :



PS : les dates des matinées yoga d'été sont déjà publiées en page stages...

Commentaires