les bonnes distances dans adhomukhaśvānāsana, le chien tête en bas

Cela vous fait toujours sourire, quand je vous dit qu'en Inde, adhomukhaśvānāsana est une posture de repos...
C'est pourtant bien vrai... et, une fois qu'on l'a apprivoisée, cette posture de chien avec la tête en bas est un vrai délice pour le dos, qu'elle va étirer pleinement, détasser de tout son long... pour la nuque et les épaules... pour les organes du petit bassin, qu'elle va replacer, remonter vers le diaphragme... pour les tensions et agitations mentales, qu'elle va remettre à la terre. Encore faut-il, pour se sentir bien dans cette posture-panacée, savoir prendre ses distances...
- si les pieds et les mains sont trop proches, vous allez certes pouvoir poser les talons au sol (ce que l'on a toujours envie de faire dans l'apprentissage de cette posture car cela flatte notre ego...), mais ce sera au détriment du placement de votre bassin et de votre colonne lombaire...
- si au contraire, les pieds sont trop loin des mains, vous allez exagérément "pendre" dans les épaules et forcer sur ces articulations complexes et difficiles à récupérer quand on les a abîmées...



les bonnes distances :
depuis un quatre-pattes à l'aplomb (hanches au-dessus des genoux, épaules au-dessus des poignets), avancer "d'une main"... main droite avance, puis la main gauche, de la longueur de l'une de vos mains, et vous vous trouvez dans un quatre-pattes avec les bras non-plus verticaux, mais obliques. A noter que si vous partez de bhaktāsana, la pose du disciple, fesses sur les talons, front au sol, bras loin devant, vous arrivez à quelques millimètres près dans ce même espacement genoux / mains...
puis vous montez dans votre chien. Et je ne détaille pas ce point, seulement, si vous ressentez trop de tension derrière les jambes, si le bas du dos s'arrondit, pliez les genoux...
enfin, pour vérifier que vous êtes bien placé(e), laissez le poids du corps avancer dans une posture de "planche", caturaṇgadaṇḍāsana. Si vos distances sont bonnes, vos bras arrivent verticaux, les épaules au-dessus des poignets. 
Si ça n'est pas le cas, ajustez-vous... Puis faîtes des allers-retours entre ces deux postures, en gardant les pieds et les mains là où ils sont. C'est aussi à suivre que l'on retrouve ces deux āsanas dans certaines variantes de la salutation au soleil, non sans raison...
Bonne pratique !

Commentaires