au tapis, et dans la vie #3 : paripūrṇa nāvāsana... c'est "lever les pieds pour laisser passer l'aspirateur" !

J'aimerais plus souvent pouvoir vous montrer les ressemblances entre les yoguiques postures et celles que l'on prend naturellement dans la vie de tous les jours, mais on n'a pas tous les jours, l'appareil photo sous la main... 
Là, c'est notre fille, 5 ans et demi, qui nous photographie alors que, notant les inscriptions du dernier stage, je lève les pieds pour laisser passer l'aspirateur, songeant tout aussitôt à nāvāsana, la posture du bateau (nāva en sanskrit qui chez nous donna "naval, navire, naviguer"... en anglais "navy"), et que nous avons travaillée cette semaine.

dans la vie..............................      ardha nāvāsana.....................           paripūrṇa nāvāsana

Prendre la pose :
Que la nature nous aie dotés d'ischions ronds semble ne pas toujours nous indiquer sur quel point exact nous asseoir, mais cela nous permet ce petit jeu d'équilibre fessier qu'il faut s'amuser à trouver dans nāvāsana... Asseyez vous - exceptionnellement sans support -, genoux fléchis, pieds à plat, ventre étiré sur les cuisses. Placez les mains de part et d'autre de vos jambes, monts des doigts sur le sol, et appuyez dans vos doigts tout en les repoussant vers l'avant de votre tapis : le corps bascule sur l'arrière des ischions, vous êtes en équilibre. Tentez alors maintenant d'amener vos demi-jambes parallèles au sol, bras tendus de chaque côté des jambes : c'est la demie posture, ardha nāvāsana. Si vous pouvez aller plus loin (si l'arrière de vos jambes n'est pas trop rétracté), crochetez vos gros orteils en passant index et majeurs dans l'entre-doigt de la sandale (la photo une avait même ce détail...), et tendez les jambes vers le ciel.
Si la posture vous met au défi, il sera toujours instructif d'observer en vous-même vos réactions (amusement, colère, frustration, persévérance, abandon...), avant de vous aider peut-être d'une sangle passée sous les pieds...
Tout au long de la pose (avec sangle, demie posture ou posture paripūrṇa, complète), faites l'effort de garder les cuisses au plus près du ventre, les genoux au plus près de la poitrine, sans arrondir le dos (très tentant...), ni sortir le ventre. Grandissez-vous. Restez... Respirez... Les épaules sont détendues, la nuque dans le prolongement du dos, sommet du crâne loin du sacrum. Car une fois monté dans ce bateau, dans ce nāva, cette nef (le latin navis, accusatif navem donna la nef des navires et des églises) tout dans la pose, tant physiquement que symboliquement s'élance... vers le ciel... 

Bonne pratique !

Commentaires