postures avec une chaise


Je viens de recevoir, de la part des éditions Marabout, 
le dernier livre de poche du Docteur de Gasquet intitulé 
"Ma gym, avec une chaise" à paraître demain, 
et je ne résiste pas à l'envie d'aller vous retrouver 
dans mes archives, l'article que j'avais écris à l'époque 
- il y a deux-trois ans, pour la sortie du grand format...



L'āsana en yoga, c'est l'assise. Et l'assise, en Occident, c'est la chaise. Quoi donc de plus naturel chez nous, que de proposer un panel de postures autour de cet accessoire on ne peut plus banal et quotidien ? Quoi donc de plus osé en même temps, dans nos sociétés matérialistes, que de transformer ce minimaliste meuble en véritable « yoga studio » à lui tout seul ! Car si le titre annonce une séance de « gym », en réalité, ça n'est que de yoga dont il s'agit. Les grands āsanas du haṭha-yoga s'y reconnaissent d'ailleurs aisément : l'arbre, l'arc, le museau de vache, le cobra, le demi-pont, le guetteur, la chandelle... et même l'emblématique lotus. Classés par régions ou fonctions du corps, tous sont (joliment) présentés dans des variantes « physiologiques » où il sera impossible de se blesser. Rappelons-nous que le premier principe du yoga, c'est quand même l'ahiṁsā : ne pas faire mal, ne pas se faire mal. Une autre nécessité du yoga (et de la vie), c'est la respiration. Là, vous (ré)apprenez à respirer « à l'endroit », sans faire d'hyperpression abdominale et depuis le périnée. Homme ou femme (certains exercices sont estampillés « au masculin »), vous découvrez les essentiels de l'approche posturo-respiratoire dite « A.P.O.R.B. De Gasquet© » trop souvent réservée aux futures et jeunes mamans (dont les fameux « abdos imaginaires »). Avec ce manuel, vous pratiquez, ni vu ni connu, votre yoga partout (à table, au bureau...), à votre niveau, et vous faîtes fi des idées reçues : ce n'est pas parce qu'on ne peut pas s'asseoir par terre qu'on ne peut pas faire de yoga, et ce n'est pas parce qu'on est assis sur sa chaise qu'on ne fait rien (certaines pages sont même « pour les athlètes »). D'ailleurs, le simple fait de bien s'asseoir sur sa chaise, sans se tasser ni se cambrer, le ventre libre de respirer, c'est déjà, en soi, du yoga. Ce serait déjà du yoga, et nous gagnerions tous à pratiquer au quotidien et en conscience (le faisons-nous ?) cette posture-panacée, à chaque fois que nous avons l'occasion de nous asseoir : "chaisâsana".

Alors même si je ne l'aurais peut-être pas tout à fait rédigé de la même manière aujourd'hui, je trouve que ce texte fait une parfaite transition entre le stage que nous avons eu dimanche sur āsana = assise et le prochain "yoga-périnée" des 20-21 avril...


Je vous en reparle bientôt.

Commentaires