délier le dos à l'aide d'un "bâton-mousse"

Parce qu'il ne sert à rien de vouloir pratiquer le yoga sur un dos tendu, voici un exercice inspiré des Mouvements de Libération des Cuirasses (ou MLC©, une méthode elle-même issue de l'antigymnastique© de Thérèse Bertherat) à pratiquer avant vos āsanas par exemple, à l'aide de ce qu'il convient d'appeler un "bâton-mousse"...


d'abord, comment le confectionner :
Très simplement ! Vous faites - comme nous l'avons fait ma fille et moi mardi après l'école -, un petit détour par le rayon bricolage pour acheter (75 centimes d'euros !) un "manchon isolant pour tuyau" (je ne connaissais pas alors le terme technique, mais le vendeur a très bien interprété ma demande de tube en mousse). Et vous choisissez également un tourillon (tasseau rond et ici lisse) du diamètre correspondant au creux de votre tuyau-mousse (soit 2 cm pour nous, et 2 euros pour 2m20 de longueur, ce qui est évidemment bien de trop, mais ma petite demoiselle tenait bien-sûr à avoir son propre ustensile...). Une fois à la maison, il ne vous reste plus qu'à insérer le morceau de bois dans son nāḍī (littéralement "tige creuse"), et de le (faire, merci mon chéri...) découper à sa dimension (environ 1m) avant de pouvoir vous en servir.

ensuite, comment pratiquer : 

notez que je ne donne pas strictement ici le (très bon) exercice de Marie-Lise Labonté, mais une adaptation personnelle visant à mettre votre dos "à plat" ou "en plis" avant votre pratique d'āsanas...

Vous placez le bâton + une épaisseur de couverture (voir avertissement) à même le sol, et vous vous asseyez juste devant, "bâton-mousse" au ras des fessiers. En le maintenant de part et d'autre de vos mains (le pléonasme est assumé pour plus de clarté), vous allongez doucement votre dos au sol, fossettes iliaques sur la ligne du bâton. Appréciez ici de ressentir le bassin peser sur le bâton, les hanches revenir de niveau. Progressivement, vous allez monter le bâton-mousse le long de votre colonne, et à chaque étage, prendre le temps de laisser les muscles se déposer, se décontracter sur le support. Vous allez de cette manière (ou bien en descendant vous-même sur le bâton), monter jusque dans la région des omoplates, en n'hésitant pas à zapper une tranche de dos qui serait trop sensible, puis vous "sauterez" de toutes façons la nuque (zone fragile, où le canal rachidien s'étrécit...), avant que de placer le bâton juste sous l'occiput (l'os qui fait une bosse à la base du crâne). Là, vous pourrez doucement tourner la tête à droite, à gauche, et continuer ce mouvement en l'accordant à votre respiration, ou bien laisser plus longuement agir à droite, puis à gauche, et / ou au centre, sans bouger.
Ainsi toute la longueur du dos aura été passée en revue, étalée presque comme une bonne pâte au rouleau à pâtisserie. Vous repousserez le bâton au-dessus de votre tête et, bras le long du corps, jambes étendues ou toujours pieds à plat, vous apprécierez la sensation de grande détente de votre dos, puis vous reviendrez à la verticale pour commencer votre séance d'āsanas, à moins que vous ne préfériez rester ainsi quelques instants encore...

Avertissement : Je précise qu'afin de préserver les tissus osseux, il ne faut à mon avis jamais utiliser le bâton-mousse (en tous cas tel qu'il est ici fabriqué) sans avoir au préalable déposé dessus, entre le corps et le bâton, une bonne épaisseur de couverture correctement pliée. Ni jamais l'utiliser en verticale sur la colonne elle-même, à même les vertèbres. Et pour la même raison, ne pas laisser votre enfant vous copier dans cet exercice, car si ma petite fée eut son bâton-mousse, ce fut pour trouver à ce combiné bâton-de-majorette-baguette-magique-micro bien d'autres usages :





Bonne détente !

Commentaires